Louis Mouchet, des images et des mots.

Louis Mouchet, des images et des mots.

Songe LES CRETES DU MONT-LIBAN

Beyrouth après la guerre. La ville a repris ses activités normales. 

Alors que nous nous éloignons dans la montagne, nous remarquons des musulmans en train de prier dans une sorte de caverne. L'un a laissé une Kalachnikov flambant neuve à l'entrée. Il doit probablement s'agir de jihadistes. Il faut que nous nous éloignons au plus vite. Nous accélérons notre mouvement à travers champs. Au bas d'une pente, j'aperçois une barrière. Je propose à mon groupe de dévaler dans cette direction en roulés-boulés pour nous mettre définitivement à l'abri. 

 

Symbole d'élévation spirituelle, la montagne, abrite ici une caverne où se dissimulent des djihadistes, c'est-à-dire la forme la plus pervertie de dévotion. 

Nous nous protégeons définitivement de ce danger en traversant une clôture. 

Il est nécessaire de placer des barrières intérieurs afin de se protéger des poches de négativité qui demeurent dans notre inconscient.

 

 neige_sannine_beyrouth.jpg

 

Les crêtes enneigées et empreintes de pureté du Mont-Liban...

 

Un souvenir me revient en mémoire. C'était en pleine guerre civile, les "événements" comme on le disait pudiquement là-bas. Plus précisément à l'époque où les prises d'otages répétées avaient fait fuire les derniers européens qui y résidaient encore. 

Devant absolument rejoindre le reste de mon équipe, je m'embarque dans le premier taxi improvisé venu. Alors que je me suis installé à côté du conducteur, un deuxième homme vient prendre place sur la banquette arrière. Je me rends vite compte que tous deux portent un pistolet enfoncé dans le pantalon. Toutes les conditions sont donc réunies pour une prise d'otage facile, un business très rentable à cette époque au Liban. Je suis d'autant plus inquiet que personne ne sait que je suis monté dans cette voiture  Au bout d'un moment, le chauffeur enclenche la radio. Surréalistiquement, c'est la "Danse macabre" de Saint-Saens qui est jouée, tellement en décalage avec les programmes habituels. C'est en plus un de mes pièces musicales préférées! Je regarde par la fenêtre et aperçois les crêtes du Mont-Liban éclairée par le couchant. C'est peut-être mon denier instant de félicité, mais quel bonheur!

 



10/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 17 autres membres