Louis Mouchet, des images et des mots.

Louis Mouchet, des images et des mots.

Scénarios


Scénario MODE FÉES

 

Les fées existent, c'est sûr. Nous ne nous en rendons pas compte, mais ce sont elles qui nous font connaître ces instants de miracle où tout semble couler de source, ces moments de grâce où nous atteignons l'excellence.

Il faut dire qu'aujourd'hui elles ont bien changé et utilisent tous les objets "magiques" que nous ont apporté la technologie.

Alors que l'ensemble des fées se concentre sur des gens talentueux, l'une d'entre elle, Mélanine, se voue à un cas apparemment désespéré: Jean, un "rien du tout" qui languit de devenir un "people", la seule façon d'exister selon lui.

La fée veut l'aider à réaliser son rêve en le faisant gagner à un jeu de télé-realité. La tâche étant particulièrement difficile, elle se voit contrainte d'aller physiquement dans le monde des humains.
Jean gagnera finalement, mais il devra partager la victoire avec une rivale trop parfaite pour être de notre monde. Qu'importe, l'ex-"rien du tout" trouvera enfin sa vraie personnalité, alors que Mélanine rencontrera sa destinée.

Lui et la fée se retirent alors dans un endroit bien à eux pour vivre leur amour naissant. À la différence de Mélusine sa devancière, Mélanine sait que son amant ne trahira jamais son secret.

 

 


 

Cliquer sur l'image ci-dessous

pour lire le début du scénario:

 

http://static.blog4ever.com/2011/06/498832/artimage_498832_3614637_20110902560666.png

Je vous envoie volontiers le scénario complet.

N'hésitez pas à me contacter !

 

 



02/09/2011
1 Poster un commentaire

Scénario BOLLY-ALPS

 

Résumé:

 

Des cinéastes indiens, spécialisés dans les films Bollywood de second zone, débarquent  en Suisse pour y réaliser l'oeuvre de leur vie. Comme ils ont négligés les formalités douanières, les voilà amputés de la moitié de leur maigre budget. Heureusement leur contact local, un producteur aussi malin que sympathique, a des idées géniales pour les tirer d'affaire...

 

Ils se retrouveront ainsi au coeur de la magie alpine où danses indiennes et traditions alpestres se mélangeront en un étourdissant tourbillon. 

 


 

Cliquer sur l'image ci-dessous

pour lire le début du scénario:

 

http://static.blog4ever.com/2011/06/498832/artimage_498832_3615752_201109022207849.png

 

Je vous envoie volontiers le scénario complet.

N'hésitez pas à me contacter !

 

 

 


 

 

 

L'idée de ce film m'est venu en rêve. 

 

 

J'avais en tête une comédie mettant en scène des cinéastes Bollywood venant tourner en Suisse. Bien qu'ayant officié comme "location manager" pendant quelques années, je n'ai pas vécu moi-même cette expérience. Il me semblait qu'il y avait matière pour une comédie, ayant entendu beaucoup d'anecdotes assez cocasse... Je n'en ai finalement utilisé aucune dans le scénario. 

 

  

En même temps les recherches pour mon projet de documentaire IL ÉTAIT UNE FOIS LES ALPES m'ont fait découvrir des traditions alpestres assez incroyables. J'en connaissais certaines, mais mon émerveillement n'a fait que croître au fur et à mesure de l'exploration. 

 

 

Et une nuit j'ai rêvé de combiner les deux... et l'écriture du scénario a démarré comme ça!

 

 

 

 


 


15/06/2011
0 Poster un commentaire

Scénario RÊVE D'ENFANTS

 

 

Résumé:

 

Alors que les parents célèbrent joyeusement le Nouvel An, Isabelle et Raphaël (8 ans) font une fugue. Issus chacun d'une famille troublée, ils ont un rêve fou: aller en Afrique pour se marier. 

Ils n'iront pas plus loin que l'aéroport, mais, avant de se quitter, ils font le serment de se marier quand ils seront grands.

Vingt ans plus tard, leur vie prend des chemins bien distincts. Elle se marie avec un autre homme en croyant avoir trouvé le prince charmant. Lui s'engage dans l'humanitaire, autant pour y chercher une sorte de famille de substitution, que par voeu de devenir un "guerrier de la paix". 

La réalité ne sera pas à la hauteur de leurs illusions, mais il comprendront finalement qu'il n'y a rien de plus beau et de plus fort que l'amour qu'ils n'ont jamais cessé d'avoir l'un pour l'autre.

 


 

 

Cliquer sur l'image ci-dessous

pour lire le début du scénario:

 

 

 

 http://static.blog4ever.com/2011/06/498832/artimage_498832_3615748_201109021901305.png 

 

Je vous envoie volontiers le scénario complet.

N'hésitez pas à me contacter!

 


  

 

Ce scénario m'a été inspiré par une anecdote absolument réelle:
Deux petits Allemands de 6 et 7 ans, chacun issu d'une famille monoparentale, ont effectivement tenté de faire une fugue avec le désir d'aller se marier en Afrique.

Le soir du 31 décembre 2008, le garçon raconte  à la fillette ses souvenirs de vacances d'été. Comme ils s'aiment beaucoup, cela leur donne l'idée de partir en Afrique!
Comme témoin, ils décident d'embarquer la petite soeur de la promise, âgée elle de 5 ans.



A l'aube du 1er janvier 2009, alors que leurs parents dorment profondément après les célébrations du Nouvel An, ils font leur valise, emportant lunettes de soleil, affaires de plage, vêtements légers et provisions. Après avoir marché un kilomètre en ville, ils prennent le tramway et arrivent à la gare centrale, pour rejoindre l'aéroport. Leur aventure s'arrête là...

J'ai tellement adoré cette anecdote qu'elle m'a donné envie d'imaginer une "suite" qui se passerait vingt ans plus tard!


 

 

 



15/06/2011
1 Poster un commentaire

Screenplay BOLLY-ALPS (english version)

 

An Indian film crew, specialized in second class Bollywood films, arrive to Switzerland to shoot what they hope will be the film of their life. As they have neglected the customs formalities, here are cut of of half of their meager production budget. Fortunately their local contact, a wily location manager, has brilliant ideas to bring them back on business…

 

As a result, they find themselves in the middle of alpine magic, where Indian dances and Alpine traditions mix in a dazing swirl.

 


 
Click on image below to read the script's beginning:
 
http://static.blog4ever.com/2011/06/498832/artimage_498832_3813509_201112063955468.png 
 
I would be happy to send you the entire screenplay.
Don't hesitate to contact me:
 

 

 

 

 

 


06/12/2011
0 Poster un commentaire

Scénario PARACELSE LE GÉNIAL PROVOCATEUR

Génial et inclassable Paracelse considéré par Jung comme son précurseur!

Ce projet de scénario n’est pas une biographie de ce guérisseur révolutionnaire, mais s’inspire d’une tranche de sa vie: son séjour  à Bâle aux côtés d’Erasme, autre grand réformateur des idées. Son passage dans la cité rhénane aura en fait été assez court. Nommé au poste très prestigieux de "Médecin de la Ville", ces provocations à répétitions le font vite chasser comme un malpropre.  Mais son empreinte à été forte et durable. En professant pour la première fois en allemand, il n'a pas fait qu'adresser une gifle monumentale à l'Université où règne un latin douteux, il a avant tout signifié  que désormais la connaissance est ouverte à tous, ce qui est une idée intolérable à la classe sociale en place pour qui le latin est un moyen de transmission des privilèges.

Cet épisode condense parfaitement toute la richesse du personnage et de son oeuvre. Il offre en plus des éléments dramatiques extrêmement intéressants: fulgurantes ascension et déchéance, complot ourdi par un assistant envieux en lien avec les caciques locaux...



 

 

SYNOPSIS

Bâle 1527. Johannes Froben, un éditeur chez qui s'est réfugié le célèbre humaniste Erasme, est malade. L’état de sa jambe infectée n’a fait qu’empirer suite au traitement ignorant des médecins locaux qui refusent la chirurgie considérée comme indigne de leur rang.

Quand on parle de l'amputer, Froben pense à Paracelse, dont les talents de guérisseur sont connus dans toute l'Europe. Il envoie un messager pour le ramener de Strasbourg où ce nomade a fait provisoirement halte.
Paracelse accourt, s'installe dans la maison de Froben et commence de suite son traitement de chirurgien. Non seulement l'amputation est évitée, mais l’éditeur peut marcher normalement quelques jours plus tard.

L'éditeur propose au médecin errant de rester chez lui.  Ce séjour permet à Paracelse de de se lier avec Erasme. Une idée germe tout naturellement: Paracelse pourrait s'installer à Bâle, le poste de Médecin de la Ville étant justement vacant. Il l'est en fait depuis plus de quatre ans, à la suite d'un conflit entre les autorités universitaires (traditionalistes) et municipales (réformées). Or Paracelse pourrait, en apparence du moins, arranger les deux. Bien que catholique, son esprit novateur et ses idées révolutionnaires laissent supposer d'un possible ralliement à la Réforme.

Paracelse s'installe donc officiellement à Bâle. Sa présence, loin de calmer les esprits, les enflamme. En premier lieu, il ne satisfait pas aux exigences de l'Université qui réclame qu'un professeur nouvellement venu présente officiellement ses  diplômes. Les raisons de ce refus restent obscures. En effet, s'il a toujours donné la primeur à l'expérience pratique, il a bel et bien étudié dans plusieurs universités d'Europe, contrairement à ce qu'affirment ses détracteurs qui le traitent de charlatan inculte.

Mais il ne se contente pas de cette première et gratuite provocation. Il continue sur sa lancée en prononçant un discours inaugural vitupérant contre Gallien, «le» maître à penser de l'époque en matière médicale.

Malgré cela, le 16 juin 1527, il prend officiellement rang à l'Université de Bâle avec le titre de professeur.

Une semaine plus tard, Paracelse frappe un nouveau coup. Le jour de la Saint-Jean, alors que les étudiants allument leurs traditionnels feux de joie, il brandit un livre, symbole de la médecine académique qu'il rejette, et le lance dans le brasier. L’Université, déjà assez mal disposée à son égard, ne peut manquer cette fois de réagir et le prive de son amphithéâtre. Paracelse fait appel à ses amis de la Municipalité. Grâce à leur intervention, il peut bientôt reprendre ses cours. Mais le nombre de ses ennemis a rapidement augmenté. Pourtant on se presse pour l'écouter. S'il s'oppose aux puissants en place, il trouve des alliés chez les humbles, les ouvriers de la médecine de l'époque que sont les barbiers et les chirurgiens. Animés d'un sincère et profond désir d'apprendre, ils ont accès pour la toute première fois à l'université, car le fraichement promu Médecin de la Ville professe en allemand.

Paracelse ne se contente pas d’enseigner. Il continue d’exercer avec la même générosité, soignant les pauvres gratuitement. C’est ainsi qu’une femme vient lui confier que son mari est à l'article de la mort. Il examine l'urine du malade et conseille de lui faire boire un bol de vin chaud dans lequel il a fait dissoudre un sachet de sa préparation. Le résultat ne se fait pas attendre: le malade est sur pied le lendemain. La femme offre alors au médecin son dernier florin. Mais il refuse en la pressant d’utiliser cet argent pour nourrir son mari.

Les guérisons spectaculaires de Paracelse font bientôt autant parler de lui que ses provocations et parviennent jusqu’aux oreilles de Jean Herbst, un étudiant désargenté qui vit aux crochets d’une riche veuve. Cette dernière ne cesse de l’accabler de ses reproches. Ils élaborent alors un stratagème. L’étudiant va se glisser dans l’entourage du médecin, gagner sa confiance et découvrir sa panacée afin de l’utiliser pour de s’enrichir rapidement.

C’est ainsi que celui qui se fait maintenant appeler Oporinus, s’introduit dans le cercle des étudiants de Paracelse. Ce qui n’est pas difficile; le nombre de disciples augmente sans cesse et Paracelse les reçoit généreusement chez lui. Aux plus démunis, il assure même le gîte et le couvert.  Oporinus réussit à gagner sa confiance jusqu’à devenir pour lui une sorte de valet.  Il l'accompagne donc dans le voyage qu'il fait au cours de l'été avec tout son groupe de fidèles jusqu’à Einsiedeln, son lieu de naissance. Une occasion  d'emmener ses élèves sur les sentiers alpestres pour leur faire découvrir les vertus des minéraux et des plantes, comme le lui avait enseigné son père.

Oporinus doit en rester sur sa faim quant à un possible secret qui lui apporterait miraculeusement la fortune. Il réalise vite que la seule panacée de Paracelse, c'est le savoir pratique, l'étude de la nature et des malades chez qui le médecin entraîne ses étudiants lors de ses visites. À l'enseignement académique, il oppose sans cesse la vérité des faits. Il faut voir, palper, ausculter soi-même. Voilà la vraie magie et le seul secret!
Au cours de ce périple alpestre, Oporinus se laisse gagner par le charisme de Paracelse et montre soudain une vraie soif d’apprendre et un réel intérêt pour la médecine, telle que proposée par le bouillant praticien.

Au retour, il doit affronter les foudres de la veuve qui ne veut rien entendre quant aux prétendues vertus de Paracelse. Elle est convaincue qu’Oporinus a simplement échoué dans sa tentative. Elle lui lance un ultimatum: s’il ne trouve pas rapidement un moyen de gagner de l’argent, elle lui coupera définitivement les vivres.

Au même moment un drame éclate, Froben, le grand éditeur que Paracelse avait guéri, meurt subitement d'une attaque. L'apoplexie résulte en fait d'un long voyage à cheval que Froben a fait contre l'avis du médecin. Qu'importe, désormais Paracelse n'est plus infaillible. Oporinus profite de cette opportunité pour proposer ses services aux pontes de l'Université. Contre une forte somme d’argent, il va tendre un piège dans lequel Paracelse ne manquera pas de tomber. Ayant partagé la vie de l’agitateur pendant plusieurs semaines, il connait aussi bien la force que les faiblesses du personnage.

Il persuade sa protectrice de feindre de violents maux d'estomac. Celle-ci promet cent florins à Paracelse pour sa «guérison» qui, sans surprise, intervient rapidement. La femme prend prétexte de la brièveté du traitement pour refuser de payer la somme promise. Paracelse est furieux. S'il est généreux avec les pauvres, il considère que les riches doivent payer. La veuve fait la sourde oreille et n'envoie que six florins. Paracelse tombe dans le piège et fait appel aux tribunaux de Bâle. Mais, là comme ailleurs, on commence à être las de ses provocations. Au demeurant, cent florins représentent un montant exorbitant pour ce court traitement. Les juges estiment que six florins constituent de bons honoraires, l'affaire est réglée pour eux, mais pas pour Paracelse qui prend publiquement à partie les magistrats. En attaquant de la sorte le tribunal, le guérisseur fâche ses derniers amis.

Oporinus apporte le fruit de sa trahison à la veuve et se déclare quitte envers elle. Il lui annonce que, sa dette payée, il veut désormais se consacrer à la médecine.

En apprenant par ses contacts à la Faculté que Paracelse est menacé d'emprisonnement, Oporinus est soudain pris de remords. Il vient prévenir Paracelse qui, quoique furieux, se résout à prendre la fuite. Il n’a pas le moindre soupçon de la perfidie de son ancien valet. Convaincu de sa sincérité quant à sa vocation nouvelle d’exercer, il lui lègue la majeure partie son matériel médical.

Paracelse quitte Bâle en pleine nuit. Il part comme il est venu et reste ce qu'il a toujours été : un errant.



                       Personnages:

PARACELSE

Paracelse est de partout, donc de nul part. Né à Einsiedeln, en Suisse centrale, d’une famille de la vieille noblesse allemande, il ne tarde pas à suivre en Carinthie son père médecin.

Il entre tôt en errance, comme d’autres en religion. Son doctorat de médecine obtenu en Italie, il professe et soigne au Tyrol, en Bohême, en Alsace et enfin à Bâle. Les scandales déclenchés  dans ces villes expliquent ces incessantes pérégrinations, en partie seulement. Assoiffé de découvertes, il a aussi visité l’Égypte, le Levant, l’Angleterre, avant de finir ses jours à Salzbourg. Il veut apprendre de tout et de tous: auprès d’érudits comme Erasme, mais aussi auprès du simple peuple rencontré dans les tavernes où il aime étancher sa soif, auprès des sages-femmes, des guérisseurs de campagne et autres supposées sorcières.
Franc, autoritaire et sarcastique, Paracelse est sûr de lui comme de son art.  Sa petite taille est compensée par une allure féroce : nez fort, large front, mâchoire de bulldog. Toujours vêtu de haillons souillés, traces visible de sa pratique et de ses expérimentations, il porte immanquablement sur lui une lourde épée léguée par un bourreau.

Bien que ses idées révolutionnaires aient laissé supposer un possible ralliement à la réforme, il est resté catholique et, semble-t-il, vierge jusqu’à la fin de ses jours. Il termine sa vie à Salzbourg où il décède à l’âge de 48 ans.


ERASME

Paracelse et  Erasme ont chacun dans leur domaine respectif des vues révolutionnaires. Mais le moins que l’on puisse dire est que leurs méthodes diffèrent.  Alors que Paracelse procède par provocations répétées, Erasme cherche à rassembler, à concilier les opinions divergentes pour les faire évoluer. Reflet de leurs personnalités leurs physiques contrastent également. A l’exubérance de Paracelse, Erasme oppose  un visage fin et raffiné, un corps chétif et une personnalité renfermée, vouée à l’étude livresque et à l’écriture.
Ceci ne les empêche pas d’éprouver une admiration réciproque qui les conduit à une profonde amitié.
Erasme a certainement trouvé chez Paracelse cette part de folie qui lui manque et qu’il vante dans son «Éloge» !

OPORINUS

Si Paracelse est un Don Quijote au physique de Sancho Pancha, on pourrait dire l’inverse de Jean Herbst, alias Oporinus. Avec sa silhouette sombre et filiforme, il ressemble à un corbeau décharné s’agrippant au mouton haletant qu’est Paracelse.

Oporinus, est au départ un faible.  Ses vagues études de  lettres ne servent qu’à justifier une activité auprès de la veuve qui l’entretient. Il lui obéit sans opposition quand elle l’incite à s’approcher de Paracelse avec l’idée de trouver fortune.

ll m’a semblé nécessaire de faire d’Oporinus un personnage plus complexe que le falot  qu’il a été.  C’est ainsi que son apprentissage feint va être pour lui une vraie initiation et une révélation de sa personnalité profonde.

Dans la réalité historique, il s’est vite retourné contre le médecin et a rejoint le camp de ses détracteurs. Dans le scénario, il se laissera gagner par le charisme de Paracelse jusqu’à se découvrir une vraie vocation pour guérir. C’est au cours du voyage initiatique à travers les Alpes qu’il réalisera que l’unique secret de Paracelse réside dans l’observation de la nature et l’expérience pratique.
Afin de se débarrasser de sa dépendance pour la riche veuve, mais aussi par faiblesse envers elle, il trahira quand même le médecin à son insu. En un sursaut de conscience, c’est lui qui viendra finalement l’avertir de la menace d’emprisonnement. Libéré du poids de sa relation avec son acariâtre protectrice, il poursuivra finalement la voie tracée par son mentor.

 

 

 (Le "treatment" est inscrit à SUISSIMAGE dous le numéro 1020)

 



12/08/2011
2 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :